Prix Réal-Fillion

Nommé en l’honneur du cofondateur du Festival, ce prix est remis à un auteur.e québécois.e (scénariste ou dessinateur) pour son premier album professionnel. Il a été attribué sous l’appellation Prix Espoir de 1988 à 2004, avant de prendre sa présente appellation en 2005.

Réal Fillion, dans l’album Les 4 As et la navette spaciale, de François Craenhals.

Lauréats des années passées :

2019 : Jean-François Laliberté et Sacha Lefebvre, pour le premier tome de la série U-Merlin (Michel Quintin)

2018 : Thom, pour son album VII (Pow Pow)

2017 : Mélodie Vachon Boucher, pour Les Trois Carrés de chocolat (Mécanique générale)

2016 : Mat Ordog, pour Les Pieds palmés, t.1 : Les Terres arides (Michel Quintin)

2015 : Blonk, pour 23 h 72 (Pow Pow)

2014 : Fabien Dreuil, Xavier Hardy, Simon Leclerc et Anouk Pérusse-Bell, pour Nevada, t.1 (Glénat Québec)

2013 : Isabelle Arsenault et Fanny Britt, pour Jane, le renard et moi (La Pastèque)

2012 : Fred Jourdain, pour Le Dragon bleu (Alto)

2011 : Émilie Villeneuve et Julie Rocheleau, pour La Fille invisible (Glénat Québec)

2010 : Jean-Sébastien Bérubé, pour Radisson, t.1 : Fils d’Iroquois (Glénat Québec)

2009 : Francis Desharnais, pour Burquette (Les 400 coups)

2008 : Pierre Bouchard, pour L’Île-aux-Ours (Mécanique générale)

2007 : Pascal Girard, pour Dans un cruchon et Nicolas (Mécanique générale)

2006 : Jacques Lamontagne pour Les Druides, t.1 : Le Mystère des Oghams (Soleil)

2005 : Jimmy Beaulieu, pour Le Moral des troupes (Mécanique générale)

2004 : François Miville-Deschênes, pour Millénaire, t.1 : Les Chiens de Dieu  (Les Humanoïdes Associés)

2003 : François Lapierre, pour Sagah-Nah, t.1 : Celui qui parle aux fantômes (Soleil)

2001 : Leif Tande, pour Villégiature (Zone convective)

2000 : Michel Rabagliati, pour Paul à la campagne (La Pastèque)

1999 : Daniel Shelton, pour Ben, t.1 (Mille-Îles)

1998 : Bruno et Gilles Laporte, pour Rupert K., t.1 (Mille-Îles)

1997 : Marc Auger, pour Le Galion des Mistigris (Falardeau)

1996 : Yves Rodier

1995 : Line Arsenault, pour La Vie qu’on mène, t.2 : C’est à quel âge, la vie ? (Mille-Îles)

1994 : Éric Valois pour Angel : Confessions magnétiques  (Zone convective)

1993 : Jean-Philippe Morin, pour Barnabé

1992 : Makoello, pour Pete Kevlar

1990 : Paul Roux, pour Missionnaire en Nouvelle-France (Anne Sigier)

1988 : Pierre Larouche (Prouche) pour Électrozz et Bozz (Cœur de pomme)