Les vitrines internationales

Depuis l’arrivée de la COVID-19, les organismes, les éditeurs et les événements liés à la bande dessinée ont dû se réinventer afin de trouver de nouvelles façons pour rejoindre les amateurs du 9e art. En près d’un an, de nombreuses initiatives créatives ont su transposer dans l’espace numérique des activités qui auraient normalement été présentées devant public. Spectacles, ateliers, rencontres d’auteur.e.s, classes de maître, conférences, expositions virtuelles et autres productions ont ainsi offert en ligne au public de belles opportunités de découvrir les différents visages du 9e art.

À l’occasion de sa 34e présentation, le Festival Québec BD souhaite mettre de l’avant certaines de ces initiatives avec ses Vitrines internationales. Chaque semaine, une sélection de projets sera relayée dans notre programmation, permettant aux public d’ici de découvrir des projets développés hors Québec et les gens derrière ceux-ci.      

SEMAINE 3


La Maison de la Poésie, comme d’autres lieux culturels, a dû faire avec la pandémie en cette année 2020. Mais cela n’a pas mis un frein au programme éclectique et enlevé de l’établissement : le 6 novembre dernier, Blanche Gardin et Pascal Sangla se produisaient ainsi à huis clos, pour un spectacle autour de l’œuvre de Fabcaro.

Le cycle La bande dessinée au Collège de France, organisé en partenariat avec le Centre national du livre dans le cadre de BD2020/21, a été inauguré le 7 octobre dernier par une conférence de Benoît Peeters intitulée « Génie de la bande dessinée. De Töpffer à Emil Ferris ».

En 1837, Rodolphe Töpffer présentait en ces termes son album Monsieur Jabot : « Ce petit livre est d’une nature mixte. Il se compose d’une série de dessins accompagnés d’une ou deux lignes de texte. Les dessins, sans ce texte, n’auraient qu’une signification obscure ; le texte sans les dessins ne signifierait rien. Le tout ensemble forme une sorte de roman, d’autant plus original qu’il ne ressemble pas mieux à un roman qu’à autre chose. » Töpffer était persuadé de l’avenir de cette nouvelle forme de récit, mais il n’aurait jamais pu imaginer l’importance qu’elle allait prendre.

Oscillant entre la presse et le livre, l’enfance et l’âge adulte, la caricature et le réalisme, jouant des cases et des strips, du découpage et de la mise en page, des phylactères et des onomatopées, la bande dessinée est un médium à part entière que ni le cinéma, ni le jeu vidéo, ni Internet, n’ont menacé jusqu’à présent. Si le neuvième art a déjà donné naissance à bien des chefs-d’œuvre, de Krazy Kat à Spirou et Fantasio, des Peanuts à Persepolis, des mangas au roman graphique, il est aujourd’hui plus divers et plus vivant que jamais.

Avec son émission Personnages en personne, présentée sur le site de France Culture, Charles Dantzig tente de mieux comprendre  les personnes grâce aux personnages. La fiction, cette grande indiscrète, cette enquêtrice sans précautions, ouvre les portes des caves que la réalité et ses pouvoirs tiennent bien fermées

Personnages en personne s’intéresse à tous types de personnages de tous types de fiction, du Thomas l’imposteur de Jean Cocteau au travesti de « Walk on The Wild Side » de Lou Reed ; du débauché de la série de tableaux de Hogarth au Frank Underwood de la série House of Cards.

Dans cet épisode, il explore le célèbre personnage de Claire Brétecher. Qui est Agrippine, qui peut révolutionner sa famille bourgeoise en une réplique? Adolescente »cool », à Paris, d’une verve créative et d’une mauvaise foi achevée, elle ne comprend rien aux garçons et passe très vite du drame à la légèreté, et de la légèreté au drame. Le personnage d’une époque.

RITA, la revue indépendante de théorie apocalyptiques, c’est une revue collaborative de bande dessinée et de littérature qui parle d’Apocalypse, mais pas que.

En décembre dernier, elle invitait les spectateurs à découvrir Trois Kilomètres, une lecture-concert dessinée expérimentale sur un texte de Sébastien Ruiz.

Martine Sousse, directrice générale d’Il était deux fois, une société de production en nouveaux médias, présente dans le cadre de Machine à Bulles le projet transmédia De plomb et de sang, associant BD papier et BD numérique et nous éclaire sur les enjeux de son nouveau projet, Comics & Digital, visant à la formation et à l’accompagnement de jeunes créateurs de bande-dessinée dans leur appropriation des savoir-faire en numérique. 

SEMAINE 2


Dans le cadre de l’Année de la bande dessinée BD 2020/21, l’Institut Français d’Afrique du Sud (IFAS) et la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image (CIBDI) s’associent pour une exposition virtuelle panafricaine accessible en ligne : Afropolitan Comics !

L’exposition Afropolitan Comics consiste en un dialogue entre la bande dessinée sud-africaine et la bande dessinée d’autres pays du continent africain, à travers les oeuvres de 16 artistes rassemblées sous trois grandes thématiques : « Autobiographie », « Héros et Histoire », et « Folklore et Futur ».

L’exposition est portée par les commissaires Tara Weber (commissaire de la Johannesburg Art Gallery) et Raymond Whitcher (auteur de bande dessinée et chercheur), ainsi que Jean-Philippe Martin (conseiller scientifique de la CIBDI) et Joëlle Epée Mandengue (autrice de bande dessinée et directrice du Festival Bilili BD au Congo-Brazzaville), et développée par le studio de création français Cher Ami.

Organisés par l’association On a marché sur la bulle, les Rendez-Vous de la Bande Dessinée d’Amiens ont lieu chaque année le premier week-end de juin depuis 1996.  En 2020, pandémie oblige, ils ont transposé plusieurs de leurs activités en ligne.

Parmi les animations proposées, l’auteur Belge Nicolas Pitz offrait un cours de dessin où il montrait comment dessiner une grenouille toute mignonne ! « Parce que les grenouilles, c’est Amiens«

En février dernier, l’artiste Landis Blair a donné une conférence en ligne pour le Northern Illinois University Art Museum intitulée: « Mirth and Mayhem: Landis Blair Selection of Drawings and Books (Gaieté et chaos: une sélection de dessins et de livres par Landis Blair) ».

Landis Blair est un illustrateur américain, dont les dessins hachurés et les histoires morbides sont influencés par l’œuvre d’Edward Gorey. Il a notamment collaboré avec l’écrivain David L. Carlson sur le roman graphique The Hunting Accident (L’Accident de chasse), un travail que le New York Times qualifie d’ « ardeur graphomaniaque ». Il est aussi l’illustrateur du second livre de Caitlin Doughty, From Here to Eternity, qui figurait parmi les bestsellers du New York Times. Par ailleurs, il illustre ses propres textes, comme The Envious Siblings publié en octobre 2019. L’artiste est un membre actif de The Order of the Good Death, une organisation qui prône l’acceptance de la mort, à laquelle il s’agit de redonner un caractère positif. Landis Blair vit à Chicago.

Pour ce second épisode des podcasts de Machines à bulles, écoutez la commissaire de l’exposition du même nom, Colombine Depaire, nous parler du numérique comme espace d’expérimentation pour les auteurs BD.

Cette nouvelle série audio est présentée par le Consulat général de France à Québec et le magazine littéraire ActuaLitté, et réalisée par Frederique Deu, pour La puce à l’oreille. Les entrevues sont menées par Lucie Laumonier et Prune Lieutier. Pour aller plus loin, découvrez l’exposition en ligne en partenariat avec l’Institut français et l’Alliance française de Vancouver.

Avec une année 2020 n’apportant que tristesse avec ce virus, la mangaka Chihiro TAMAKI a souhaité apporter Lumière et Espoir avec la création du manga LAKI. Harumo SANAZAKI, autre mangaka de renom, souhaita contribuer à ce projet en tant que conseillère et invita des scénaristes de talent comme Yasuyuki M MUTOU (Gundam, etc.) ainsi qu’une équipe de traducteurs pour que ce projet puisse le plus rapidement apporter réconfort au plus grand nombre et ne pas se cantonner au Japon.

La première étape est de proposer ainsi une publication digitale, « Manga planet »,  qui permettra la diffusion en tant que série manga mensuelle. Le but n’est pas seulement de divertir, mais aussi de promouvoir différents lieux et leur histoire.

SEMAINE 1


Avec la COVID, BDFIL n’a pas renoncé à ses désormais célèbres duels graphiques. Organisé à Bordeaux depuis Lausanne grâce aux technologies modernes, le duel BDFIL 2020 « Déconfinature !!!….. » a mis aux prises Dominique Bertail dit le Droitier avec David Prudhomme dit le Gaucher – si, si, vous avez bien lu : ces deux-là ! –, pour un spectacle de création en direct d’une rare intensité.

Diffusé initialement le 27 septembre 2020, pour la clôture de l’Estival BDFIL «Déconfinature !!!…..», revivez maintenant cette rencontre unique sur la chaine de l’événement.

Suite à la fermeture des salles de spectacle, l’Orchestre de chambre de Paris  a réalisé la captation, au Théâtre du Châtelet, du concert illustré Le Petit Prince, inspiré de l’adaptation en bande dessinée de ce classique de la littérature, réalisé par Joan Sfar. Accompagné de lecture de Benoit Marchand et des créations musicales de Marc-Olivier Dupin, ce spectacle offre une belle rencontre entre l’illustration et la musique classique.  

Le Lakes International Comic Arts Festival, à Kendall (Angleterre), a  mis 16 artistes au défi de créer une histoire en 16 planches en improvisant à partir d’une histoire de Luke et Joe McGarry. Pass the panel a ainsi permis une création originale provenant d’artistes du monde entier.

Découvrez les œuvres de Luke McGarry, Duncan Fegredo, Steven Appleby, Rick Stromoski, Steve McGarry, Craig Gleason, Johnny Sampson, Tom Richmond, Lucie Lomová, Charlie Adlard, Bill Morrison, Sean Phillips, Michael Lark, Francis Desharnais, Jibé et Alex A.

Pour ce premier épisode des podcasts de Machines à bulles, présentés en marge de l’exposition du même nom, écoutez une rencontre fort intéressante avec l’autrice Pénélope Bagieu.

Cette nouvelle série audio est présentée par le Consulat général de France à Québec et le magazine littéraire ActuaLitté, et réalisée par Frederique Deu, pour La puce à l’oreille. Les entrevues sont menées par Lucie Laumonier et Prune Lieutier. Pour aller plus loin, découvrez l’exposition en ligne en partenariat avec l’Institut français et l’Alliance française de Vancouver.

En août 2019, à l’occasion du Festival de littérature de Louisiana, au Musée d’art moderne de Humlebæk, au Danemark, Martin Krasnik a eu la chance de réaliser une longue entrevue avec Robert Crumb et Aline Kominsky-Crumb. Couple emblématique du comic underground,  ils nous parlent dans ce rare entretien de leur relation qui s’étend sur près de 50 ans, abordant une foule de sujets, de leur première rencontre jusqu’à leurs récentes collaborations artistiques.